Que se passe-t-il ?

Actualité

Événements

Du 31 mars 2022 au 1er avril 2022, le Parlement des Jeunes Genevois a animé, organisé, permis la naissance de la première Session des Jeunes genevoise qui a eu lieu, sans surprise, à Genève.

Ce fut deux journées plus que bien remplies, remplies d’émotion, de passions diverses et variées, mais avant tout de débats enflammés, de belles rencontres, de projets sensationnels et de fous rires partagés.

Le premier jour, consacré aux commissions fut ponctué de visites de députés genevois tous bords politiques confondus. Leur intervention a parfois permis à nos jeunes apprentis-députés d’y voir plus clair, tantôt de les inspirer ou encore de créer un élan de cohésion. Les thèmes de commissions étaient tous plus passionnants les uns que les autres : Doit-on ou non imposer des mesures aux citoyens pour mieux respecter notre environnement ? Dans quelle mesure l’accès à la culture pourrait être amélioré ? Quel est la marge de manœuvre du canton au niveau de l’éducation ? Peut-on ou non revoir certaines tâches attribuées à la police ? Pourrions nous imposer l’installation de bodycams ? Les photos prises pendant les commissions peuvent témoigner de l’ardeur avec laquelle chaque participant à défendu ses positions. Témoignages, ressentis, partage d’expérience, recherches de statistiques pour appuyer ses idées… et quelles idées !

Après cette journée de travail acharné (entrecoupé pour certains de teambuildings enjoués dans les rues de plainpalais), vint le temps de la reddition des motions au comité d’organisation.

Le lendemain, très (trop) tôt, chaque GL retrouvait son groupe. En costard ou plutôt team casual, l’on pouvait sentir, près des canons de la vieille ville la pression pré-plenum monter. Répétition express de discours, débats sur les amendements chuchotés pour que l’autre commission ne l’entende pas : tout était (presque) prêt.

Après une courte mais fascinante visite guidée de certaines magnifiques salles de l’hôtel de ville par un des maîtres des lieux, vint le moment pour nos participants bien-aimés de se répartir autour du plénum. Stories Instagram et Snapchat prises, vint le moment des amendements (mon préféré). Imaginez une pièce pensée pour apaiser les cœurs, bondée d’esprits cherchant la (si je puis me permettre) petite bête entre les lignes des motions de leurs camarades. Reddition des amendements faite, vint l’instant tant attendu, le seul, l’unique, l’intersidéral : Premier plénum de la Session des Jeunes.

C’est avec beaucoup de joie que nous avons accueilli Diego Esteban, l’actuel Président du Grand Conseil ouvrir le plénum avec un discours digne de l’ancien membre du PJG qu’il était encore il n’y a pas si longtemps. La commission citoyenneté, suivie de bien d’autres ont su émouvoir, faire rire, choquer, faire réfléchir et impressionner même les plus expérimentés d’entre nous. Les rumeurs disent que la dépouilleuse de votes nous aurait même préféré que le réel Grand Conseil.

La journée (intense), du 1er avril 2022, vous l’aurez compris, fut un instant unique, qui ne quittera pas nos mémoires de sitôt.

Encore un immense merci aux organiseurs, aux bénévoles pour leur travail incroyable mais aussi et surtout aux participants sans qui rien de tout cela n’aurait été possible.

En espérant vous revoir très bientôt pour de nouvelles aventures,

Sofia Yaiche, pour le comité d’organisation de la Session des Jeunes.

Association

Du 1er au 3 mars, 4 membres du PJG ont participé à la Conférence des Parlements des Jeunes organisée par la FSPJ et le Junger Rat (Bâle).

Après un éprouvant trajet de près de 3h, nos membres héroïques (dont l’identité restera secrète) ont pu expérimenter les saveurs du monde à la Markthalle. Ils ont également découvert d’étonnantes vertus aux sacs youpa, ces petits sacs bleus très pratiques : en effet, en plus d’être un gadget publicitaire dans lequel on peut ranger son alc… son jus d’orange, ils permettent d’augmenter la vitesse de glisse sur un toboggan. Leur coefficient de fun était tel qu’il a même permis de briser le Röstigraben et de voir des Suisses-allemands s’amuser comme des gamins avec les Romands.

Après une petite frayeur sur le retour à l’auberge et un examen de la baignabilité du Rhin début octobre (elle était froide…), nos braves membres sont allés se coucher, non sans avoir suscité l’ire des gérants de l’auberge.

Le lendemain matin, le programme a conduit nos jeunes encore ensommeillés dans le Rathaus de Bâle. Bien que splendide, la salle a été le théâtre d’une grande sieste collective, même au sein du Comité (de la FSPJ). Suite à ce bref repos (et l’élection de trois nouveaux membres au comité de la FSPJ) et un repas copieux, nos 4 membres se sont retrouvés à goûter du vin bâlois avec pour compagnons des vaudois et d’amicaux invités champenois (on en reparlera) dans une cave à Riehen. Ils ont ensuite pris la route d’une verrée, agrémentée d’échanges avec des membres de PJ d’hier et d’aujourd’hui.

Le repas a permis de se trouver un ennemi commun : la compote de pomme agrémentant tout alémanique. Après cet affront au bon goût, les participants au weekend se sont dirigés vers le lieu de la soirée.

Comment décrire cette partie à quelqu’un qui ne connait pas la CPJ ? Alternativement, on a pu y croiser des jeunes dégustant spritz et salade dans des cabines téléphoniques, d’autres courant sur le toit d’anciens immeubles industriels, une étrange compétition de lancer de bouteille, des débats politiques passablement éméchés ou encore un participant perché sur son télésiège… Reste que la soirée fut riche en rencontres et prometteuse pour la suite des relations inter-PJ.

En parlant de relations inter-PJ, elles n’étaient cette année pas limitées à la Suisse. En effet, la FSPJ a eu la bonne idée d’inviter le Conseil Régional des Jeunes du Grand-Est, lesquels sont venus avec une délégation pour le moins fournie ! On a pu discuter de la diversité des modèles de participation des jeunes et échanger sur nos activités respectives.

Enfin, dimanche matin avait lieu un événement dédié au 50ème anniversaire du droit de vote des femmes en Suisse avec, en invitée spéciale pour les romands, Ruth Dreifuss, première présidente de la Confédération. Un brunch, quelques discussions et une chenille plus tard, tout le monde est rentré en train, avec pour seule envie de se retrouver en 2022 !

Association

Bonjour,

Si vous lisez cette description, c’est que vous êtes sympas. Ou curieux. Ou les deux. Du coup, on en profite pour vous parler d’un truc sympa et original qui correspond à votre personnalité: un voyage.

Bon. Un voyage n’est pas en soi original, mais dans le cadre du PJG il le devient. Les membres sont désarçonnants, leurs idées souvent fantasques et leurs projets toujours farfelus. C’est par cette voie qu’il nous a semblé évident de partir dans le Jura, avec des amis et des étrangers d’autres PJs. 

Pourquoi le Jura? Parce que le PJG reste une association politique et abrite de ce fait des jeunes politisés. Le Jura est une grande terre d’accueil des anarchistes puis des internationalistes à la fin du XIXème et au début du XXème. Le canton se distingue aussi par un développement industriel particulier vis-à-vis du reste de la Suisse. Ces éléments expliquent l’attachement des jurassiens à la gauche - et puisqu’on est un peu binaire - nous ont séduits. 

Ce n’est pas la seule raison de notre choix bien-sûr. Déjà parce qu’on est pas tous de gauche (il vous suffit de venir nous rencontrer une fois pendant un événement ou une plénière pour vous rendre compte qu’on en est loin…) et puis surtout parce qu'un attachement à l’histoire cache souvent des élans et des amours plus intimes. C’est ainsi que j’ai été comblée par un musée d’automates, que certains ont discuté directement avec l’ermite St Ursanne et que quelques mecs ont pu se défier sur leur connaissance de la géographie suisse (et surtout des routes et de l’optimisation de la circulation de ce canton). La frontière est souvent mince entre désarçonnant et bizarre donc je m’arrête là.

En parlant de frontière, on a laissé des étrangers d’autres PJs intégrer notre voyage. On a prétendu être de gauche tout à l’heure mais, malgré nos convictions, la réalité des relations nous rattrape parfois. Des amourettes plus ou moins réussies se sont confrontées qui ont conduit à des moments de malaise.

Malgré tout, le voyage a renforcé nos liens et reste une expérience mémorable pour tous les participants. Les moments gênants sont à l’origine de nos discussions les plus amusantes et le reste de nos expériences et de nos rencontres semblent juste déconnectées du monde. 

C’est peut-être ça d’ailleurs que de partir entre personnes décalées mais super intéressées par un sujet qui rassemble: la politique. On se dit qu’on se comprendra pas et ça fait un peu peur mais finalement j’ai été immergée dans une vraie épreuve de tolérance et ça m’a plu! Je crois que chacun y a trouvé son compte, certains ont intériorisé les codes sociaux de façon très différente et ça peut surprendre mais l’intérêt pour la politique ouvre à la discussion et à la compréhension de nos relations. D’autres se sont certainement simplement sentis à leur place, entouré de gens qui leur ressemblent. 

Finalement, cette opportunité de voyage a permis à chacun de réfléchir à sa place dans un groupe, préalable important à la réflexion sur le groupe plus vaste que constitue une société. 

PS: Si vous êtes encore en train de lire, c’est que vous êtes vraiment sympa et curieux. On peut même considérer que vous êtes patients. Alors je peux vous révéler la vérité vraie sur le voyage. On peut toujours lire les événements de différentes façons et c’est un jeu rigolo - qu’on a la chance d'expérimenter au PJG - que de faire passer quelques jours de vacances pour un projet constructeur et politique. Pourtant, ce qui nous a tous marqué c’est les moments de rire, de commérage et les soirées;)

Association

Tel est la devise que je propose pour les PJGames!

Dans tous les cas, elle correspond parfaitement aux PJGames 2021 qui ont eu lieu à Genève les 18 et 19 septembre derniers. Mais qu’est-ce donc les PJGames? J’y viens, j’y viens…

Les PJGames sont une compétition sportive entre les Parlements de Jeunes (PJ) de Suisse. Ils sont organisés chaque année par le PJ détenteur de la coupe (sauf dans le cas où on la détient trop, comme le PJG, entre 2016 et 2021!). Avec une année de retard (c** oblige), le PJG a ainsi pu accueillir les membres de quatre PJ à Genève pour des joutes sportives de très haut niveau (spoileur : non)!

Au programme cette année, un hommage aux mois hivernaux de Genève, puisque cette édition était originellement organisée pour décembre 2020. D’abord, un remix de la course de l’escalade, avec une course de relai en vieille ville, imaginée par des sadiques (spoileur: nous), qui a mis en avant le courage de nos athlètes notamment lors de la montée de la rue du Perron après s’être « tapé » les degrés de poules. Plus tard, une pensée lointaine à la coupe de Noël, puisque la nage en « eau froide » était tout de même moins impressionnante lorsque sa température s’élève à 20°C. Reste que c’était tout de même bien suffisant pour s’octroyer une petite fondue aux bains des paquis!

Hormis cela, le PJG a pu démontrer sa belle capacité d’organisation, puisque les salles de sport louées étaient privées d’équipement, ce qui réduit à néant notre tentative de genevoiïser nos compères avec un tchoukball. Mais le parcours du combattant concocté dépassa toutes nos attentes en permettant à chacun de voltiger à travers les airs que ce soit sur une corde tel des Tarzans ou sur un câble tel des funambules survolants les alpes.

Les performances sportives furent également présentes, à la surprise de tous, lors des moments de détente : il fallait par exemple courir vite lors du goûter, pour échapper à la bataille d’eau qui sévissa autour de la fontaine de la cour du collège Calvin. Preuve en étant la photo ci-dessus, démontrant qu’au final, s’assoir directement dans la fontaine ne faisait aucune différence! De l’agilité, il en fallut aussi durant la soirée : d’abord pour descendre refroidir une bouteille dans le lac, puis pour la ramener en escaladant un mur de 2m. De même pour la partie de foot de rue improvisée lors du retour à l’auberge.

Bref, un évènement haut en couleur, plein de réussite (sauf pour certains au bowling 😇) de joie et de bonheur. Il fallut cependant qu’il se termine dans la tragédie…

…et oui… la coupe ne nous appartient plus!!!

 

Ps: tout de même bravo au Conseil des Jeunes d’Ecublens, on se réjouit de venir récupérer la coupe chez vous l’année prochaine!

Association

Nous nous sommes tous couchés à l’aube saturnale, elle qui suivait notre soirée éperdue. C’est après une séance plénière plutôt classique, bien que le comité soit comme rarement en infériorité face à ses membres (le défaut du trésorier, de la présidente et d’un vice président au commencement de la séance n’y est pour rien, c’est l’immense nombre de membres présents qui a amené cette situation) que nous nous sommes abandonnés à notre annuelle soirée de grillades. Le festin était grand, le bonheur du début de l’été aussi. L’estomac du carnivore et celui du végétarien étaient ainsi repus de viande et de courgettes, situation essentielle pour permettre aux esprits de s’ouvrir à des réflexions un peu plus originales. Je me suis aperçue, heureuse, que notre pain ne nous avait pas mangé la bouche. Tout était là et annonçait des échanges exaltés. Les longs discours sur l’armée sont alors allés bon train, et bien plus étrange pour des discussions entre membres du PJG, nous avons parlé de nos vacances à peine entamées. La joyeuse scène était embaumée par du vin et de la bière chaude et allait bientôt devenir folle. Quelques uns du PJ yverdonnois sont arrivés après avoir fui la police à vélo. A partir de là je ne me souviens plus, je sais simplement que lorsque je me suis allongée dans mon lit il n’était déjà plus cinq heures: les oiseaux chantaient et le soleil se levait.

- Lucie Dene

Copyright © 2022 - Parlement des Jeunes Genevois
Par Jooce.ch